John Scull Ecopsychologie : quelle est sa place en psychologie en 2009

Ecopsychologie : Quelle est sa place en psychologie en 2009 ? John Scull

 John, Ph.D., Scull est un naturaliste vivant sur l’île de Vancouver. A la retraite après une carrière en psychologie clinique et dans l’enseignement, il manifeste un intérêt constant pour l’écopsychologie.

Le 26 Mars 1999, j’ai présenté un texte intitulé « Écopsychologie : quelle est sa place dans la psychologie » lors de la conférence annuelle de psychologie au Malaspina University College. J’ai mis ce document sur mon site et, à ma grande surprise, il est devenu assez populaire. Il a donné lieu à des visites fréquentes et des téléchargements ; il a été publié sur d’autres sites, recommandés dans les cours universitaires, et cité dans les bibliographies.
Depuis 1999, des changements significatifs ont eu lieu dans notre perception de la crise de l’environnement, notamment l’importance croissante du changement climatique et une augmentation notable des préoccupations du public au sujet de l’environnement. En même temps, il y a eu un certain nombre de publications plus récentes liées à l’écopsychologie. Comme j’ai poursuivi mes études, ma connaissance s’est accrue, ma compréhension et ma vision personnelle de l’écopsychologie ont  évolué et se sont développées. A la lumière de tous ces changements, j’ai revu et mis à jour cet ancien texte.

John_Scull 

L’activité économique humaine est en train de changer rapidement l’atmosphère, le sol et l’eau de la Terre de manières qui nuisent à d’autres espèces et peuvent être désastreuses pour nous ou nos descendants. (1)
L’écopsychologie explore les liens entre la crise écologique et les crises psychologiques et spirituelles résultant de notre expérience croissante de la séparation d’avec le monde plus-que-humain. L’écopsychologie recherche les racines des problèmes environnementaux dans la psychologie humaine et dans la société et les racines de certains problèmes personnels et sociaux dans notre relation dysfonctionnelle avec le monde naturel. Il s’agit d’une psychologie explicitement morale dans le but de découvrir comment les gens peuvent se connecter avec le monde naturel de façon à la fois saine et durable, à la fois pour les personnes et la planète.

Qu’est-ce que l’écopsychologie n’est pas ?

Pour éviter toute confusion, il peut être important de faire la distinction entre l’écopsychologie et un certain nombre de domaines dont les noms ou les zones d’intérêt sont très similaires. Ils sont tous liés à l’écopsychologie dans une certaine mesure, mais des différences importantes existent. Beaucoup de ces relations s’éclairciront plus tard, quand nous avancerons dans l’article.

La psychologie environnementale

Ce terme se réfère à l’étude théorique de la relation homme-environnement. D’une manière qui prête à confusion, Roger Barker, l’un des fondateurs de la psychologie de l’environnement, fait référence à son travail en tant que psychologie écologique. (2)
Ce champ a traditionnellement mis l’accent sur ​​les environnements créés par l’homme et il a influencé l’architecture et l’urbanisme.
Ces dernières années ont vu un changement d’orientation vers une plus grande étude du monde naturel. (3)
La psychologie environnementale et l’écopsychologie sont séparées à la fois par des différences dans la matière étudiée et par les différents engagements méthodologiques. Alors que l’écopsychologie est liée à la philosophie, la spiritualité et  la psychothérapie, la psychologie environnementale reste le plus souvent attachée aux traditions de la recherche quantitative et de la psychologie cognitivo-comportementale.
Joseph Reser (4) a suggéré que les questions posées par les écopsychologues pourraient être plus au centre de la psychologie environnementale. Ainsi, l’écopsychologie pourrait être considérée comme un sous-champ de la psychologie environnementale, mais cela engendrerait probablement de la résistance de la part de nombreuses personnes dans les deux domaines. (5)

La psychologie de la conservation

Suite à des symposia lors de plusieurs conférences, à partir de 2000, ce champ s’est détaché de la psychologie environnementale. Par analogie avec la biologie de la conservation, la psychologie de la conservation est considérée comme ayant la mission éthique spécifique de réduire les impacts environnementaux négatifs de l’homme.
Saunders (6) a écrit, « la psychologie de conservation est l’étude scientifique des relations réciproques entre les êtres humains et le reste de la nature, avec un accent particulier mis sur la façon d’encourager la conservation du patrimoine naturel du monde. » Alors que l’objectif est, à bien des égards, similaire à celui de l’écopsychologie, le mot « scientifique » met en évidence la différence.
Pour sa plus grande part, la psychologie de la conservation partage l’approche quantitative et cognitivo-comportementale de la psychologie sociale et environnementale, bien que la psychologie de la conservation ait été plus ouverte que ces domaines traditionnels aux approches qualitatives et spéculatives et à l’apport d’autres sciences sociales. Dans un modèle de la psychologie sociale des comportements impactant l’environnement (7), les motivations personnelles et les modèles existants, ainsi que les facteurs contextuels, sont considérés comme importants dans le sens qu’ils influencent la façon dont les gens composent avec l’environnement naturel. L’écopsychologie concerne les motivations et les modèles. Donc, beaucoup de psychologues de la conservation verraient probablement l’écopsychologie comme un sous-champ de leur discipline. Encore une fois, il y aurait probablement de la résistance à reconnaître ceci dans les deux groupes.

La « Psychologie écologique »

En plus de son utilisation par Barker (8) pour décrire son travail en psychologie sociale et environnementale, ce terme se réfère aux théories de la perception et de l’évolution de James Gibson (9) et d’autres. A la lumière de l’extension des théories de Gibson par le philosophe Edward Reed (10) et le travail de perception de Laura Sewell (11), la psychologie écologique peut être plus proche de écopsychologie qu’elle ne le paraissait au début. L’expression « psychologie écologique » a été aussi utilisée comme titre d’un livre concernant l’environnement et la psychologie (12), également pour un autre livre sur les économies d’énergie et le recyclage. (13)

 L’écologie humaine

Selon Gerald Young (14), l’écologie humaine est l’étude des interactions entre les humains et leur environnement, en s’appuyant sur ​​un aperçu de la biologie, de la sociologie, de l’anthropologie, de la géographie, de l’ingénierie, de l’architecture, de l’architecture du paysage, de la planification et de la conservation. Certains chercheurs ont été précoces dans le domaine, notamment le biologiste Gerald Young et les sociologues William Catton et Riley Dunlap, qui ont élaboré à partir des travaux de Clifford Geertz, Paul Shepard, E.O. Wilson, et d’autres.
Bien qu’il semble être principalement de la sociologie de l’environnement, le domaine a conservé son caractère interdisciplinaire avec la participation des anthropologues, des spécialistes de l’environnement, des architectes paysagistes, et d’autres. L’écologie humaine partage l’opinion de la plupart des écopsychologues, à savoir que l’examen de la relation homme-nature transcende les disciplines académiques. Elle diffère de l’écopsychologie en impliquant davantage la science sociale et la science des comportements et en manquant le focus thérapeutique et individuel de l’écopsychologie.

 L’éducation environnementale

Ce terme se réfère à l’enseignement/apprentissage concernant notre relation au monde naturel et de nombreuses variétés d’éducation de plein air. Pour sa plus grande part, l’éducation environnementale a été incluse dans le programme des sciences dans les écoles ou les programmes des  naturalistes et interprètes des parcs ; cependant il y a eu des exceptions. Par exemple, l’œuvre de Joseph Cornell (15) se démarque comme étant principalement éducative, mais étroitement liée à l’écopsychologie. Dans son approche, appelée « l’apprentissage du flux », les liens émotionnels et spirituels envers la nature précédent l’apprentissage et l’accent est mis sur l’apprentissage expérientiel. On verra ci-dessous que quelques-unes des plus anciennes pratiques de l’écopsychologie ont pris place dans un contexte d’éducation environnementale. (16)

 L’écologie profonde

Il s’agit à la fois d’un point de vue philosophique (écosophie) et d’un mouvement social. (17)
À la fois comme philosophie et comme mouvement, l’écologie profonde semble être distincte de l’écopsychologie. Cependant, de nombreux écologistes « profonds » décrivent leur philosophie comme étant ancrée dans leur contact avec le monde naturel. Cette base expérientielle de l’écologie profonde est sans doute la province de l’écopsychologie. Certains écologistes « profonds », tels que John Seed et Joanna Macy (18) brouillent complètement la distinction en prônant des pratiques qui semblent être de l’écopsychologie mais qu’ils appellent « écologie profonde ».

 L’écospiritualité

Se connecter à la nature a été une activité persistante, même si minoritaire, dans la plupart des communautés religieuses. Le taoïsme est axé sur la relation homme-nature. Le Bouddha a atteint l’illumination assis sous un arbre, le dieu de la Genèse a vu que la création était bonne, Jésus a commencé son ministère avec un voyage dans le désert, et les musulmans croient que la nature est la première révélation d’Allah. De nombreux peuples autochtones du monde entier partagent un lien spirituel avec le cosmos et les lieux dans lesquels ils vivent, et une éthique de soins découle de cette connexion. Certaines traditions païennes sont explicitement des religions de la nature. (19)
L’écologie profonde de Joanna Macy est ancrée dans le bouddhisme. (20)
Les écrits de Thomas Berry (21), la spiritualité de la création de Matthew Fox (22) et le travail des chrétiens panenthéistes tels que Sally McFague (23) semblent étroitement liés, à bien des égards, à l’écopsychologie.

haut

 Qu’est-ce qu’il y a dans un nom ?

Plusieurs auteurs ont inventé des mots ou des expressions pour décrire leur travail dans le but  de le distinguer de l’écopsychologie, mais les distinctions ne semblent pas pouvoir tenir. Je considère que ces domaines sont si étroitement liés à l’écopsychologie que les différences ne sont pas importantes.

Ecotherapie et écoeducation

Ces mots ont été inventés par Howard Clinebell dans son livre ecotherapy, 1996. Autant que je sache, il parle d’écopsychologie pour ce qui concerne la psychothérapie éclectique et le conseil. Clinebell évite l’utilisation du mot « écopsychologie » parce qu’il estime qu’il est trop étroit. Clinebell a écrit: « L’objectif de ce travail de guérison et de croissance englobe la totalité corps-esprit, pas seulement la psyché… Mon approche concerne l’application de l’écopsychologie mais aussi l’écobiologie et l’écospiritualité dans la thérapie et l’éducation. » Je crois que la plupart des écopsychologues seraient en désaccord avec Clinebell et verraient ce qu’il dit là comme une définition appropriée de l’écopsychologie.

La Psychologie verte

C’est le titre d’un livre publié en 1999 par Ralph Metzner.
L’auteur évite le terme écopsychologie parce qu’il ne « veut pas préconiser la création d’une nouvelle sous-discipline de la psychologie, pour joindre des formes cliniques, sociales, de développement, et d’autres. »  (24) Son travail semble se situer dans le courant de l’écopsychologie tel que celui-ci est généralement défini ci-dessous.

La Psychologie organique

Cette expression a été inventée par Michael J. Cohen (25) pour distinguer son travail pratique des aspects plus théoriques de l’écopsychologie. Comme nous le verrons, les travaux de Cohen se situent dans le courant dominant de l’écopsychologie appliquée.

Histoire de la définition de l’écopsychologie

 L’écopsychologie peut être considérée comme faisant partie d’un groupe beaucoup plus important de mouvements contemporains, post-modernistes, comprenant l’écriture sur la nature (26), la fantaisie (27), l’écologie (28), l’écologie profonde (29), la psychologie transpersonnelle (30), l’économie (31), La théorie Gaïa (32), l’éducation populaire (33) et la théorie des systèmes (34).

L’Écopsychologie a eu de nombreuses racines et des prédécesseurs :
1. La philosophie taoïste
2. La philosophie bouddhiste, en particulier la pratique méditative de la pleine conscience
3. Les différentes traditions mystiques dans la plupart des religions
4. Le mouvement romantique en Europe
5. Le mouvement transcendantaliste aux États-Unis
6. James, Freud, Jung, Gibson, Skinner et d’autres psychologues qui ont examiné la relation homme-nature
7. John Muir, Aldo Leopold, Paul Shepard et d’autres écologistes qui ont examiné la relation homme-nature
8. Les écoféministes
9. Les penseurs religieux et spirituels, de St. Francois à Thomas Berry et Matthew Fox
10. des psychologues comportementalistes et des psychologues de la conservation qui ont tenté de comprendre et de modifier la façon dont les gens se comportent vis-à-vis l’environnement.

 L’évènement immédiat, précurseur de l’écopsychologie, a probablement eu lieu dans les années 1960, lorsque quelques enseignants ont commencé à utiliser l’expérience d’immersion en milieu sauvage comme outil psychologique. L’immersion en milieu sauvage a été employée au niveau universitaire par Robert Greenway et Art Warmoth pendant plus de 30 ans sous le nom de « psychoécologie. » (35)  A peu près au même moment, l’itinérant Leslie Collège-Audubon Expedition Institute, dirigé par Michael J. Cohen, s’est finalement transformé dans le Projet Nature Connect (36), l’une des premières applications pratiques de l’écopsychologie.

Selon Robert Greenway, l’écopsychologie a commencé un peu plus tard : « En 1989. . . un ancien étudiant. . . Elan Shapiro, s’est réuni avec certains de ses amis, Mary Gomes et Alan Kanner et un psychothérapeute ou deux, et m’a invité à venir à Berkeley une fois toutes les deux semaines pour une discussion sur la « psychoécologie ». . . . en 1990. . . Ted Roszak a eu vent de ce groupe et a demandé à y assister.  » (37)

Le terme « écopsychologie » et une vision du champ ont été publiquement formulés pour la première fois par l’historien social, Théodore Roszak, dans son livre Voice of the Earth 1992, bien que maintes idées au coeur de l’écopsychologie pouvaient être trouvées dans ses travaux antérieurs (38) et dans les travaux de l’écologiste Paul Shepard. (39)

Des histoires plus détaillées de l’écopsychologie, chacune à partir de perspectives différentes, ont été publiées. (40) Les lecteurs intéressés sont appelés à lire ces articles. haut

Qu’est-ce que l’écopsychologie aujourd’hui ?

 La version originale de Roszak de l’écopsychologie pourrait probablement être davantage décrite comme une « écopsychiatrie » ou une « écopsychoanalyse » que comme une écopsychologie, car Roszak a adopté la métaphore médicale et la psychologie dynamique de Freud et de Jung dans sa conceptualisation du domaine. Dans l’épilogue de son livre de 1992, Roszak a donné huit principes de l’écopsychologie qui peuvent être résumés comme suit :
1. Le noyau de l’esprit est l’inconscient écologique.
2. Les contenus de l’inconscient écologique représentent… l’enregistrement vivant de l’évolution.
3. Le but de l’écopsychologie est d’éveiller le sens inhérent de réciprocité environnementale qui se trouve dans l’inconscient écologique.
4. L’étape cruciale de son développement est la vie de l’enfant.
5. Le moi écologique mûrit vers un sens de la responsabilité éthique vis-à-vis de la planète.
6. L’écopsychologie doit réévaluer certains traits de caractère « masculins » qui nous amènent à dominer la nature.
7. Tout ce qui contribue aux réalisations sociales à petite échelle  et à l’autonomie personnelle nourrit le moi écologique.
8. Il existe une interaction synergique entre la santé planétaire et le bien-être personnel.

Les cinq premiers principes correspondent surtout à une acceptation de la psychologie analytique de Jung et à une inversion par rapport à la psychanalyse freudienne. L’inconscient est reconnu tandis que le fonctionnement du Surmoi est re-défini pour accepter, plutôt que rejeter, les messages du Ça. La bataille de Freud entre nature et civilisation continue, mais devrait prendre fin lorsque nous créerons une civilisation fondée sur la biophilie. (41)
Même si le système de valeurs de la théorie freudienne a été inversé, le modèle psychodynamique survit.

Les deux principes suivants relient l’écopsychologie aux mouvements de l’écoféminisme (42) et au biorégionalisme (43).

Le dernier principe fait écho à la perspective principale exprimée par de nombreux contemporains écopsychologues.

Plus récemment, le site Web de l’Institut d’Écopsychologie, Université de Californie, à Hayward, fondé par Roszak, définit l’écopsychologie comme (44) :
1. La synthèse en train d’émerger de l’écologie et de la psychologie
2. L’application intelligente de la perspicacité écologique à la pratique de la psychothérapie
3. L’étude de notre lien affectif avec la Terre
4. La recherche de paramètres d’évaluation de la santé mentale basée sur l’environnement
5. La redéfinition de la « santé mentale », en incluant le bien-être de la planète entière.

La forte dépendance de l’ancienne définition aux concepts psychanalytiques s’est envolée, mais cette description de l’écopsychologie s’appuie encore en grande partie sur un modèle médical en mettant l’accent sur ​​la psychothérapie et en utilisant les métaphores de la « santé mentale ». Selon un autre point de vue à l’intérieur du modèle médical/psychiatrique, Chellis Glendinning a relié l’écopsychologie à la psychologie du stress post-traumatique et à celle de la toxicomanie. (45)
Une perspective jungienne a été fournie par Stephen Aizenstat. (46)
L’écopsychologie a également été liée à la Gestalt psychologie (47) et à la psychologie transpersonnelle (48), deux des nombreuses écoles qui ont surgi en réaction à la psychanalyse.

D’autres auteurs ont essayé d’éviter les nombreuses hypothèses et restrictions créées par la métaphore médicale et la dépendance à la psychanalyse ou à la psychologie analytique. Au lieu de cela, ils ont défini généralement l’écopsychologie comme un domaine de recherche plutôt que comme un ensemble de croyances. Mary Gomes écrivait en 1998 que « … l’écopsychologie cherche à comprendre et guérir notre relation avec la Terre. Elle examine les processus psychologiques qui nous lient au monde naturel ou qui nous éloignent de lui. » (49)
L’écologiste de l’écologie profonde, John Seed, n’a vu aucun mérite à relier l’écopsychologie à la psychothérapie et a pris le chemin inverse, en définissant l’écopsychologie comme la « Psychologie au service de la Terre. » (50)
Metzner a encore élargi la définition quand il a écrit que « l’écopsychologie, dans une vision du monde systémique… aurait à examiner les questions traditionnellement traitées par des philosophes, des économistes, des biologistes, des théologiens, ou des historiens. » (51)
Andy Fisher fait écho à ce point de vue quand il écrit qu’« il est préférable de considérer l’écopsychologie comme un projet, dans le sens d’une grande entreprise avec de multiples facettes. Ceci permet un grand nombre de points de vue et d’intérêts et exclut l’idée que l’écopsychologie ressemblera un jour à une discipline traditionnelle. » (52) haut

Un aperçu de l’écopsychologie

L’Écopsychologie peut être considérée comme recouvrant une large gamme de questions de l’écologie en passant par la religion, l’anthropologie, la sociologie et l’économie politique, jusqu’à la psychologie des individus. Les préoccupations de l’écopsychologie concernent le rôle de nos actions dans la crise écologique mondiale et les effets de l’environnement (y compris la crise) sur notre psychologie. Sur ces points, des réponses peuvent apparaître en rapport aux questions pratiques :
comment changer nos actions vis-à-vis de la nature plus-que-humaine
et comment surmonter les difficultés qui ont surgi à la suite de notre aliénation psychologique à la nature.

1. L’apprentissage expérientiel aidera les gens à former un lien émotionnel et spirituel avec les systèmes écologiques dont ils font partie. Ceci inclut des expériences d’immersion en milieu sauvage (53), des exercices pratiques pour aider les gens à renouer avec la nature (54), des cours sur internet et des ateliers avec des exercices pratiques sur la façon de renouer avec la nature (55), des ateliers d’écologie profonde pour les groupes (56),  la participation à des groupes d’écologie militante (57), la restauration de l’habitat (58). Les écopsychologues peuvent être d’accord que les expériences directes, sans intermédiaire, non-verbales, avec la nature sont à la fois thérapeutiques pour l’individu et essentielles si la personne s’engage à vivre en harmonie avec la terre. Il y a un besoin, perçu, d’une langue qui ne soit pas dualiste mais qui exprime la connexion à la nature. (59) 

2. L’accent mis sur le petit groupe, la communauté, et le contact face-à-face est un moyen de changer le comportement vis-à-vis de l’environnement et d’établir des relations plus saines entre les hommes.
En raison de l’accent mis sur le changement individuel ou celui de la communauté locale, des domaines tels que l’apprentissage transformationnel (60), le marketing social basé sur la coopération (61), l’éducation populaire (62), semblent être compatibles avec les approches écopsychologiques, même quand ils ne partagent pas la préoccupation pour l’expérience de la nature. Certaines approches socio-psychologiques de l’environnementalisme ont également été efficaces, mais elles peuvent être plus problématiques en raison de leur utilisation antérieure par l’industrie publicitaire. (63)

3. Un accord général que la guérison de la relation entre la personne et la planète doit avoir lieu à plusieurs niveaux. Alors que le développement spirituel de l’individu est considéré comme central pour établir une connexion, la famille, la communauté, les facteurs économiques, politiques et culturels sont également considérés comme étant significatifs. En mettant l’accent sur ​​l’écologie et la relation, l’écopsychologie semble rejeter à la fois l’accent traditionnellement mis sur la psychologie dynamique du moi individuel et le mode d’explication de  la psychologie scientifique en termes de simple relation de cause à effet.

4. L’idée du « soi » (self) dans la psychologie contemporaine et la culture est insuffisante. Il semble y avoir un consensus parmi les ecopsychologues pour dire que nous avons besoin d’un concept du soi (self) qui est relationnel et inclusif. Différents concepts similaires ont été mis en avant par différents auteurs, par exemple le « soi écologique » de Roszak, « une psyché de la taille de la terre », le soi plus-que-humain, ou la matrice originelle. (64)

L’écopsychologie et la psychologie traditionnelle

 Les premiers écopsychologues déclarèrent, avec quelque justice, que le courant dominant de la psychologie avait accordé très peu d’attention à la relation homme-nature. Cependant, ils n’étaient pas les seuls à remarquer cette carence et un processus pour « verdir » la psychologie a eu lieu parallèlement au développement de l’écopsychologie. En 1992, la même année que Roszak inventa le mot « écopsychologie », Paul Stern publia une revue des travaux antérieurs et fournit un cadre théorique dans un article intitulé « Dimensions psychologiques du changement de l’environnement mondial ».
En 1993, un écrit reprit la recherche sur le comportement pour la préservation de l’environnement. (65)
En 1995, le Journal of Environmental Psychology sortit un numéro spécial sur « la psychologie naturelle », qui comprenait un article important (pour l’écopsychologie) sur les effets restaurateurs de la nature. (66)
Deux livres sur la psychologie de la relation homme-nature ont été publiés en 1996. (67)
Le numéro de mai 2000 de l’American Psychologist a été consacré à la psychologie et à l’environnement.
Le domaine de la psychologie de la conservation est né en 2000. (68) haut

Où est la place de l’écopsychologie ?

 Lorsque Roszak inventa le mot « écopsychologie, » il essayait de remplir le grand écart qu’il a vu en psychologie. Avant The Voice of the Earth (1992), les pionniers de la reconnexion avec la nature et de l’éducation expérientielle à l’environnement devaient véritablement « prêcher dans le désert ». Toutefois, depuis lors, l’écart a commencé à se resserrer et la relation homme-nature est devenue une zone d’’intérêt pour de nombreux psychologues et des sociologues. Est-ce que l’écopsychologie peut prendre place quelque part dans la psychologie ou est-ce que l’écart disparaîtra, la rendant superflue ? Y a-t-il quelque chose d’unique dans l’écopsychologie qui justifie son existence en tant que domaine séparé des disciplines et perspectives connexes ?
Je pense que la réponse est « oui ». L’écopsychologie a le potentiel de faire tomber les barrières entre les nombreuses approches disparates de la relation homme-nature. Nous pouvons localiser l’écopsychologie à l’intersection de trois dimensions différentes, comme le montre la figure 1, avec des limites très floues entre l’écopsychologie et les disciplines voisines :

1. L’écopsychologie est expérientielle. Ceci est représenté sur la figure 1 par un axe qui va de l’avant vers l’arrière. En mettant l’accent sur ​​ le contact conscient et sensible avec le monde naturel, l’écopsychologie se fond dans la spiritualité de la nature (écospiritualité) – ce que le théologien chrétien Marcus Borg appelait « les yeux ouverts du mysticisme ». En se déplaçant dans l’autre sens, toujours par rapport à la dimension expérientielle, elle se fond dans le meilleur de l’éducation expérientielle à l’environnement, de l’histoire naturelle et des sciences. Nous pouvons apprendre sur la nature et l’écologie par le contact attentif avec le monde naturel.

2. L’écopsychologie est spéculative, philosophique et théorique. Ceci est représenté sur l’axe horizontal. S’appuyant sur ​​le fondement de l’expérience directe avec la nature, l’écopsychologie formule un langage et un ensemble de modèles de la relation homme-nature. Sur un plan plus scientifiquement objectif, elle se fond dans la psychologie de la conservation, la psychologie environnementale et l’écologie humaine. Sur le plan plus philosophique et spéculatif, elle rassemble l’écologie profonde, la psychologie transpersonnelle et la psychologie des profondeurs.

3. L’écopsychologie a des applications pratiques. Ceci est représenté sur l’axe vertical. L’écopsychologie peut informer l’activisme environnemental puisqu’elle explore comment certaines expériences peuvent motiver et éclairer l’action pour la défense de la nature. D’autre part, l’écopsychologie explore comment les expériences dans la nature peuvent nous aider à prévenir ou résoudre les problèmes psychologiques de l’homme, y compris les problèmes qui se posent suite à nos abus concernant la nature.

 

 

 Figure 1. La position de l’écopsychologie par rapport à d’autres sous-disciplines. Les frontières sont floues et l’écopsychologie est informée par tous ces champs voisins.

 Peut-être chaque écopsychologue (ou le même écopsychologue à différents moments) peut être localisé sur ce schéma à trois dimensions, plus près ou plus loin des champs d’études connexes. Bien que ce schéma puisse aider à définir les bords du champ, il ne résout pas ce qui peut être constaté au niveau du  « noyau » de l’écopsychologie, au centre du diagramme que les axes traversent.

Le noyau de l’écopsychologie

Je suggère que l’expérience unifiante d’être un élément essentiel, une partie interconnectée d’une réalité plus large, occupe le cœur de l’écopsychologie. Bien que cette « peak experience »* d’interdépendance avec le reste de l’univers défie la description verbale précise, elle a été rapportée souvent pendant de nombreux siècles dans de nombreuses cultures. David Abram et Andy Fisher, deux des écrivains les plus importants dans le domaine, ont placé l’expérience au cœur de l’écopsychologie, citant la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty. (69)

Après une expérience d’union dans la nature, un individu peut être amené à changer dans diverses directions. Ainsi, sans creuser pour autant la nature exacte de ces expériences, nous pouvons voir deux questions soulevées par l’écopsychologie :
1. Que peuvent faire les ecopsychologues pour faciliter ces expériences d’interconnexion riche avec le reste de la nature ?
2. Quelles sont les conséquences pour l’individu et pour la société de ces expériences de faire partie de la nature ?

L’écopsychologie, en tant que psychologie de l’expérience directe de la nature, peut être reliée à différentes philosophies, psychologies, spiritualités, et modes de vie. Ceci n’est qu’un cadre pour l’écopsychologie au sein de la discipline de la psychologie. Il a été suggéré que les expériences de l’unité avec la nature sont le noyau de l’écopsychologie, avec des frontières floues et perméables entre l’écopsychologie et les domaines connexes de la psychologie, la philosophie et les sciences sociales. De nombreuses visions peuvent entrer dans le cadre de l’écopsychologie qui est en perpétuelle création.

* Note des traducteurs : « Peak experience » est le terme utilisé par Abraham Maslow pour parler d’expériences hors-normes, transcendantales.

haut

Références

 
Abram, D. (1996). The spell of the sensuous : Perception and language in a more-than-human world. New York : Pantheon.
Adams, C. (1996). The soul unearthed : Celebrating wildness and personal renewal through nature. New York : G. P. Putnam’s Sons. The Trumpeter 80
Aizenstat, S. (1995). Jungian psychology and the world unconscious. In Ecopsychology: Restoring the earth healing the mind, ed. T. Roszak, M. E. Gomes, and A. D. Kanner. San Francisco : Sierra Club Books.
Barker, R.G. 1968. Ecological psychology: Concepts and methods for studying the environment of human behavior. Palo Alto, CA : Stanford Univ. Press.
Bateson, G. 1972. Mind and nature: A necessary unity. New York: Bantam. Berry, T. 1999. The great work: Our way into the future. New York : Belltower.
Cahalan, W. 1995. Ecological groundedness in Gestalt therapy. In Ecopsychology: Restoring the earth healing the mind, ed. T. Roszak, M. E. Gomes, and A. D. Kanner. San Francisco : Sierra Club Books.
Capra, F. 1997. The web of life. New York: Anchor. Clayton, S., and A. Brook. 2005. Can psychology help save the world ? A model for conservation psychology. Analyses of Social Issues and Public Policy 5 (1): 87–102.
Clinebell, H. 1996. Ecotherapy: Healing ourselves, healing the earth. New York: Haworth Press. Clover, D. E., S. Follen, and B. Hall. 2000. The nature of transformation. Toronto : Ontario Institute for Studies in Education.
Cohen, M. J. 1978. Our classroom is wild America : Trailside education in action—Encounters with self, society, and nature in America’s first ecology expedition school. Killington, VT: Trailside Environmental Studies.
Cohen, M. J. 1988. How nature works : Regenerating kinship with planet earth. New York: Penguin.
Cohen, M. J. 1997. Reconnecting with nature: Finding wellness through restoring your bond with the Earth. Corvallis, OR: Ecopress.
Cohen, M. J. 2003. The web of life imperative : Regenerative ecopsychology techniques that help people think in balance with natural systems. Friday Harbor, WA : Instutute for Global Education.
Conn, S. 1995. When the earth hurts, who responds ? In Ecopsychology: Restoring the earth healing the mind, ed T. Roszak, M. E. Gomes, and A. D. Kanner. San Francisco : Sierra Club Books.
Cornell, J. 1998. Sharing nature with children. 2nd ed. Nevada City, CA: Dawn Publications.
Cornell, J., and M. Deranja. 1994. Journey to the heart of nature. Nevada City, CA : Dawn Publications.
Daly, H. E., and J. B. Cobb Jr. 1989. For the common good : Redirecting the economy toward community, the environment, and a sustainable future. Boston: Beacon Press. Volume 24, Number 3 81
Devall, B., and G. Sessions. 1985 Deep ecology: Living as if nature mattered. Salt Lake City, UT : Gibbs M. Smith.
Dillard, A. 1975. Pilgrim at Tinker Creek. New York: Bantam.
Dwyer, W. O., F. C. Leeming, M. K. Cobern, B. E. Porter, and J. M. Jackson. 1993. Critical review of behavioral interventions to preserve the environment : Research since 1980. Environment and Behavior 25 (3) : 275–321. Ecopsychology Online. 1999. http://ecopsychology.athabascau.ca/
Fisher, A. 2002. Radical ecopsychology: Psychology in the service of life. Albany: SUNY Press.
Fox, M. 1983. Original blessing: A orimer in creation spirituality. Bear & Company.
Fox, W. 1990. Towards a transpersonal ecology: Developing new foundations for environmentalism. Boston : Shambala.
Freire, P. 1990. Pedagogy of the oppressed. New York : Continuum.
Fromm, E. 1964. The heart of man. New York : Harper & Row.
Gibson, J. J. 1950. The perception of the visual world. Boston : Houghton Mifflin.
Gibson, J. J. 1986. The ecological approach to visual perception. New York : Lawrence Erlbaum Associates.
Gifford, R. 1995. Natural psychology: An introduction. Journal of Environmental Psychology, 15 : 167–168.
Glendinning, C. 1994. My name is Chellis & I’m in recovery from Western civilization. Boston : Shambhala.
Gomes, M. 1998. Ecopsychology and social transformation : Introduction. ReVision 20 (4) : 7.
Greenway, R. 1995. The wilderness effect and ecopsychology. In Ecopsychology: Restoring the earth healing the mind, ed. T. Roszak, M. E. Gomes, and A. D. Kanner. San Francisco : Sierra Club Books.
Greenway, R. 1999. A personal history of ecopsychology. In Gatherings: Seeking ecopsychology. http://www.ecopsychology.org/journal/gatherings/personal.htm.
Griffin, S. 1995. The eros of everyday life. New York : Anchor.
Harper, S. 1995. The way of wilderness. In Ecopsychology: Restoring the earth healing the mind, ed. T. Roszak, M. E. Gomes, and A. D. Kanner. San Francisco : Sierra Club Books.
Hibbard, W. 2003. Ecopsychology : A review. Trumpeter 19 (2) : 23–58. The Trumpeter 82
Hillman, J. 1995. A psyche the size of the earth : A psychological forward. In Ecopsychology: Restoring the earth healing the mind, ed. T. Roszak, M. E. Gomes, and A. D. Kanner. San Francisco : Sierra Club Books.
Hillman, J., and M. Ventura. 1992. We’ve had a hundred years of psychotherapy—and the world’s getting worse. San Francisco : HarperCollins.
Howard, G. S. 1997. Ecological psychology: Creating a more earth-friendly human nature. Notre Dame, IN : Notre Dame Univ. Press.
Kaplan, S. 1995. The restorative benefits of nature : Towards an integrative framework. Journal of Environmental Psychology 15 : 169–182.
Leopold, A. 1949.  A Sand County almanac. New York : Ballantine.
Lopez, B. H. 1979. River notes. New York : Avon.
Lovelock, J. 1979. Gaia: A new look at life on earth. New York : Oxford Univ. Press.
Macy, J. 1991. World as lover, world as self. Berkeley, CA : Parallax.
Macy, J., and M. Y. Brown. 1998. Coming back to life : Practices to reconnect our lives, our world. Gabriola Island, BC : New Society.
McFague, S. (1997). Super, natural Christians: How we should love nature. Minneapolis, MN: Fortress.
McKenzie-Mohr, D., and W. Smith. 1999. Fostering sustainable behavior. Gabriola Island : New Society.
Metzner, R. 1999. Green psychology : Transforming our relationship to the earth. Rochester, VT : Park Street.
Naess, A. 1983. The deep ecological movement : Some philosophical aspects. Philosophical Inquiry 8 : 10–31.
O’Conner, T. 1995. Therapy for a dying planet. In Ecopsychology: Restoring the earth healing the mind, ed. T. Roszak, M. E. Gomes, and A. D. Kanner. San Francisco : Sierra Club Books.
Oskamp, S. 2000. A sustainable future for humanity ? How can psychology help ? American Psychologist 55: 496–508.
Quinn, D. 1992. Ishmael. New York: Bantam/Turner.
Reed, E. S. 1996. Encountering the world: Toward an ecological psychology. New York : Oxford Univ. Press.
Reser, J. P. 1995. Whither environmental psychology ? The transpersonal ecopsychology crossroads. Journal of Environmental Psychology 15: 235–57.
Roszak, T. 1979. Person/Planet. New York : Doubleday. Roszak, T. 1992. The voice of the earth. New York : Simon & Schuster. Volume 24, Number 3 83
Saunders, C. D. 2003. The emerging field of conservation psychology. Human Ecology Review 10 : 137–49.
Saunders, C. D., and O. E. Myers Jr. 2003. Exploring the potential of conservation psychology. Human Ecology Review 10: iii–v.
Schroll, M. A. 2007. Wrestling with Arne Naess : A chronicle of ecopsychology’s origins. Trumpeter 23 (1): 28–57.
Schumacher, E. F. 1973. Small is beautiful: A study of economics as if people mattered. London : Bond & Briggs.
Scull, J. 1999. Let a thousand flowers bloom : A history of ecopsychology. In Gatherings : Seeking Ecopsychology. http://www.ecopsychology.org/journal/gatherings/history.htm
Seed, J. 1994. Paper delivered to the ecopsychology symposium at the Australian Psychology Society’s 28th annual conference, Gold Coast, Queensland.
Sewall, L. 1995. The skill of ecological perception. In Ecopsychology : Restoring the earth healing the mind, ed. T. Roszak, M. E. Gomes, and A. D. Kanner. San Francisco : Sierra Club Books.
Sewell, L. 1999. Sight and sensibility. New York : Penguin Putnam.
Shapiro, E. 1995. Restoring habitats, communities, and souls. In Ecopsychology: Restoring the earth healing the mind, ed. T. Roszak, M. E. Gomes, and A. D. Kanner. San Francisco : Sierra Club Books.
Shepard, P. 1982. Nature and madness. San Francsiso : Sierra Club Books.
Snyder, G. 1995. A Place in space : Ethics, aesthetics, and watersheds. Washington : Counterpoint.
Stern, P. C. 1992. Psychological dimensions of global environmental change. Annual Review of Psychology 43: 269–302.
Swanson, J. 1995. The call for Gestalt’s contribution to ecopsychology : Figuring in the environmental field. Gestalt Journal 18: 47–85.
Swanson, J. 2001. Communing with nature : A guidebook for enhancing your relationship with the living earth. Corvallis, OR: Illahee Press.
Wilson, E. O. (984. Biophilia. Cambridge : Harvard Univ. Press.
Winter, D. D. 1996. Ecological psychology : Healing the split between planet and self. New York : HarperCollins.
Winter, D. D. and S. M. Koger. 2004. The psychology of environmental problems. Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum Associates.
York, M. 2003. Pagan theology: Paganism as a world religion. New York: New York Univ. Press. The Trumpeter 84

haut

 Notes

1 Winter and Koger, 2004
2 Barker, 1968
3 Gifford, 1995
4 Reser, 1995
5 Saunders & Myers, 2003
6 Saunders, 2003
7 Clayton & Brook, 2005
8 Barker, 1968
9 James Gibson, 1950, 1986
10 Edward Reed, 1996
11 Laura Sewell, 1995, 1999
12 Winter, 1996
13 Howard, 1997
14 Young, 1984
15 Cornell, 1998 ; Cornell & Deranja, 1994
16 Cohen, 1978 ; Greenway, 1999
17 Devall & Sessions, 1985
18 Macy & Brown, 1998
19 York, 2003
20 Macy, 1991
21 Berry, 1999
22 Matthew Fox, 1983
23 Sally McFague. 1997
24 Metzner, 1999
25 Cohen, 2003
26 e.g., Dillard, 1975 ; Lopez, 1979
27 e.g., Quinn, 1992
28 e.g., Leopold, 1949 ; Shepard, 1982
29 e.g., Naess, 1983 ; Devall & Sessions, 1985
30 e.g., Fox, 1990 ; Hillman & Ventura, 1992 ; Metzner, 1999
31 e.g., Daly & Cobb, 1989
32 Lovelock, 1979
33 Clover, Follen, & Hall, 2000 ; Freire, 1990
34 eg, Bateson, 1972 ; Capra, 1997
35 Greenway, 1999
36 Cohen, 1978, 1988
37 Greenway, 1999
38 Roszak, 1979
39 Shepard, 1982
40 Greenway, 1999 ; Hibbard, 2003; Schroll, 2007 ; Scull, 1999
41 Fromm, 1964 ; Wilson, 1984
42 eg, Griffin, 1995
43 eg, Snyder, 1995
44 Ecopsychology Online, 1999
45 Glendinning, 1994
46 Aizenstat, 1995
47 Cahalan, 1995; Swanson, 1995, 2001
48 Metzner, 1999
49 Mary Gomes, 1998
50 Seed, 1994
51 Metzner, 1999
52 Fisher, 2002
53 Adams, 1966 ; Greenway, 1995 ; Harper, 1995
54 Swanson, 2001
55 Cohen, 1997
56 Macy & Brown, 1998
57 O’Conner, 1995
58 Shapiro, 1995
59 Greenway, 1995; Cohen, 1997
60 Clover, Follen, & Hall, 2000
61 McKenzie-Mohr & Smith, 1999
62 Freire, 1990
63 Stern, 1992
64 Roszak, 1992 ; Hillman, 1995 ; Conn, 1995 ; Glendinning, 1994
65 Dwyer, Leeming, Cobern, Porter, & Jackson, 1993
66 Gifford, 1995 ; Kaplan, 1995
67 Clinebell, 1996 ; Winter, 1996
68 Oskamp, 2000 ; Saunders, 2003
69 Abram, 1996 ; Fisher, 2002

haut

 

Laisser un commentaire